Présentation

  • : Soins Naturels Alternatifs pour le cancer
  • : Tous les Soins Naturels alternatifs pour le cancer et autres maladies
  • Contact

Recherche

Pages

22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 17:04

Rencontre avec Hulda Clark


September 6, 2009 on 4:45 pm

 


Rencontre avec Hulda Clark au Printemps 2007

 


Dr Hulda Clark
Hulda Clark est une naturopathe canadienne, ex-enseignante de biologie en Université, très âgée aujourd’hui (80 ans en 2009) et très connue outre-Atlantique.

(NDLR: La Doctoresse Hulda Clark est décédée le 3 Septembre 2009.)

Elle est l'auteur de plusieurs best-sellers, aux États-Unis notamment, sur une vision de la médecine très naturopathique et plus précisément orientée sur l’élimination des polluants en tous genres et la destruction des micro-organismes toxiques et des parasites.


Évidemment, elle dérange les médecins et les dentistes, car elle est aussi contre les traitements médicaux officiels, qu’elle accuse d’empoisonner les organismes, tout en proposant d’autres traitements naturels.

 

Elle a dû se réfugier au Mexique pour ne pas aller en prison pour exercice illégal de la médecine et là elle a ouvert un centre où elle reçoit des patients du monde entier en travaillant en étroite collaboration avec un dentiste, le Dr Solorio. Elle fait systématiquement enlever toutes les dents dévitalisées de ses patients.

 

 

Elle guérit toutes sortes de maladies graves dont des cancers. Mais que Hulda Clark guérisse des cancers d’une façon différente de la façon académique, alors que le cancer est un fléau mondial des pays civilisés n’intéresse, semble-t-il, pas la médecine moderne, plutôt friande de nouveaux poisons pour tuer les cellules cancéreuses.

 


Pour éliminer les parasites et autres micro-organismes toxiques, elle utilise notamment un appareil qu’elle a mis au point, le Zappeur. C’est un petit appareil électronique qui envoie dans le corps des hyperfréquences qui font exploser les micro-organismes et parasites en tous genres. C’est en quelque sorte un antibiotique antiparasitaire électronique.


Au printemps 2007 j’ai eu la chance de participer à un séminaire de plusieurs jours sur les enseignements de Hulda Clark, qui est venue exceptionnellement en France.

C’est une patiente, Mme J., qu’elle avait guéri d’un cancer qui a organisé ce séminaire. Mme J., dont je respecte l’anonymat à sa demande, avait un cancer très grave et était soignée à Marseille par le centre anti-cancer. Ses médecins l’avaient condamnée à mourir à brève échéance, ne pouvant plus rien faire pour elle, même si elle était sur une liste d’attente de greffe de moelle osseuse.

Madame J., comprenant donc que la médecine classique ne pouvait plus rien faire pour elle, va voir du côté des thérapies alternatives sur Internet et elle tombe sur l’information Hulda Clark et son centre de santé au Mexique. Elle se rend au Mexique avec son médecin, qui est aussi un ami et qui est curieux de l’approche alternative du cancer que propose Hulda Clark. Aujourd’hui, environ plus de deux ans après, Madame J. est considérée guérie et elle se porte bien.

Les dernières analyses faites par l’institut de cancérologie révèle qu’elle n’a plus de cancer et n’a plus besoin non plus de greffe de moelle osseuse. Après enquête et divers témoignages, il semble que Mme J. ne soit pas un cas exceptionnel mais que nombre de patients gravement malades, notamment des cancéreux, aient été guéris par Mme Hulda Clark.


Que s’est-il donc passé au Mexique?


Diverses choses, en résumé, des plantes furent données, notamment la triade désinfectante, clous de girofle, absinthe et brou de noix et des huiles essentielles comme l’origan, très désinfectant. Elle eut aussi une cure de nettoyage des reins et du foie.

Il lui fut prescrit aussi des séances de Zapper. Et il y eut, bien sûr, aussi, un passage chez le dentiste, qui enleva notamment toutes les dents dévitalisées. Des infos qui se trouvent sur le site de Hulda Clark.

 

Toutefois, lors du séminaire, j’apprends diverses choses intéressantes, qui ne se trouvent pas sur son site et dont je vais vous faire part.

Tout d’abord sur l’utilisation du Zapper. J’apprends que son utilisation est réservée aux patients qui ne sont pas trop gravement épuisés. Le Zapper n’est utilisé que lorsque les patients ont repris une certaine vitalité, car, paradoxalement, le Zapper peut tuer les patients trop faibles. L’explication est qu’en explosant germes et parasites, ces derniers libèrent leurs contenus toxiques dans le sang. Un empoisonnement du sang, qui peut alors se révéler fatal au patient.

L’utilisation du Zapper n’intervient donc que bien après l’élimination des dents dévitalisées, qui, elles-mêmes, interviennent juste après la prise des plantes médicinales. Encore une fois, je m’aperçois qu’il vaut mieux faire confiance à la science de la nature qu’à une machine qui veut tuer des cellules, fussent-elles des germes ou des parasites, car les plantes sont toujours bien moins dangereuses. Je me demande même jusqu’où ces germes et parasites n’auraient pas un effet désintoxiquant en se nourrissant des poisons chimiques qu’ils trouvent dans le milieu cellulaire. Une question qu’il serait fort intéressant d’approfondir.

Évidemment, parfois, il vaut mieux détruire les envahisseurs quand ils prennent trop d’importance, d’où l’intérêt des antibiotiques dans les infections, si on n’a rien de mieux. Mais ces démarches ont toujours des effets secondaires, qui peuvent se révéler fatals, lorsque l’énergie du patient est très basse, il faut en avoir conscience. Il est donc parfois essentiel de remonter un peu l’énergie du patient totalement épuisé avant d’effectuer ce genre de traitement
.

Les anesthésiques sont aussi des produits qui empoisonnent l’organisme et les anesthésies dentaires ne font pas exception. Remonter l’énergie du patient avant les anesthésies dentaires n’est donc pas une mauvaise idée lorsque les patients sont très épuisés. C’est ce que fait Hulda Clark avec les plantes et les huiles essentielles, s’étant rendu compte que l’utilisation du Zapper ne pouvait le réaliser. En acupuncture on le fait avec des cautérisations aussi appelées moxas.


Hulda Clark insiste aussi sur le fait de faire boire une eau pure aux patients, notamment une eau ne comportant pas d’agents chlorés ni blanchissants, classiquement utilisés dans le traitement de l’eau. Ces produits toxiques mis dans l’eau courante constituent la première cause de cancer, selon elle. Elle commercialise d’ailleurs certains filtres à eau qui permettent d’éliminer ces produits toxiques.

Plus généralement, elle conseille de fuir toute chimie, notamment celle des dentifrices et autres cosmétiques. L’alimentation est aussi évidemment une préoccupation importante de Hulda Clark, qui insiste pour fuir tout ce qui peut contenir des toxines, notamment celles issue de moisissures ou micro-moisissures. Tous les produits préparés sous emballages plastiques étant souvent porteurs de moisissures. Idem pour les fruits et légumes abîmés. Ses enseignements rejoignent ici ceux de mon Maitre d’Ayurvéda, Brihaspati.


Hulda Clark a développé toute une série d’appareillages électroniques de santé notamment un synchrometer. C’est un appareil dont je n’ai pas vraiment compris le fonctionnement à vrai dire et qui demande une certaine dextérité aussi. Une dextérité que les élèves du stage ont été loin d’avoir tous acquis, même après un stage. Seule Hulda Clark me semble vraiment maîtriser l’utilisation de son appareil. Ce synchrometer permet notamment de tester si un échantillon de sang ou de salive ou d’un quelconque produit contient une substance ou un germe toxique quelconque.

D’autre part, cet appareil permet aussi de tester les substances médicaments pouvant inactiver les diverses substances et germes toxiques. Plusieurs jours furent consacrés à l’apprentissage de l’appareil, mais, à vrai dire, cela ne m’intéressa pas vraiment, dans la mesure où je possède déjà un outil de test qui est le RAC et de multiples outils thérapeutiques, qui me paraissent suffisants.

Parmi les poisons classiquement détectés dans les organismes par Hulda Clark, se trouve le Polonium, un élément radio-actif. Cet élément provient d’une pollution généralisée selon elle mais aussi des céramiques dentaires qui contiennent de la radioactivité. Cet élément s’infiltre dans les os des mâchoires et reste présent même après l’élimination des dents dévitalisées. Ce Polonium est pour elle un poison qu’aucun médicament ne peut inactiver.


Alors qu’elle nous faisait une démonstration de l’utilisation de cet appareil, le synchrometer, je lui demandais de tester le produit, que je m’étais injecté jadis dans mes os des mâchoires où j’avais eu des dents dévitalisées, ce qui avait fini de me guérir mes maux de dos. A sa grande surprise selon elle et son appareil, ce produit arrivait à inactiver le Polonium radioactif.


A la suite de ce séminaire où étaient présents divers thérapeutes, je fus contacté par deux d’entre eux. L’un, Eric Tournier, thérapeute à Cassis, pour sa maman qui avait de graves problèmes cardiaques. Elle avait notamment été hospitalisée en urgence pour une angine de poitrine. Nous lui fîmes enlever les dents dévitalisées, ce qui la sorti de son état qu’on peut qualifier d’urgence, ce qu’aucun autres de ses divers traitements de médecine naturelle n’arrivait à faire.

L’autre thérapeute, Eric Gerber, ostéopathe, homéopathe notamment, à Marignagne, me contacta après avoir fait enlever ses dents dévitalisées (il en avait cinq)
par un ami dentiste, qui accepta exceptionnellement pour lui de le faire. Cet autre thérapeute désirait expérimenter les injections dont j’avais parlé lors du séminaire. Il lui fut fait cinq séries de trois injections à chaque fois. Il me témoigna que ces injections lui firent autant de bien que l’élimination de ses dents dévitalisées, qui, elle-même, fut le traitement qui lui fit le plus de bien de tous ceux qu’il avait faits dans le passé. Intéressant, non…?


Lors du séminaire, je fus invité à passer une soirée en compagnie d’Hulda Clark, de son dentiste et de sa femme elle aussi dentiste d’ailleurs. Hulda Clark a bien compris que si elle peut se passer de médecin pour soigner ses patients cancéreux, elle ne peut se passer de dentiste.

Son dentiste m’expliqua que, pour ses soins, il se conformait scrupuleusement aux directives de Hulda Clark et pour le choix des matériaux et pour celui des interventions chirurgicales. Nous en vînmes à parler d’énergétique dentaire, ce qui me semblait lui être totalement inconnu.

Sa femme me parla d’une douleur à son épaule, sur laquelle divers thérapeutes du continent américain dont son mari étaient intervenus depuis des années, en vain. Je me proposais alors d’essayer à mon tour de la soigner et je diagnostiquais tout d’abord une cicatrice sur une dent de sagesse supérieure.
Je pris alors un petit bout de bois dans le jardin dans lequel nous étions, je l’enflammais avec un briquet et avec le bout rougeoyant, je brûlais sa gencive au niveau de la dent de sagesse. La douleur de l’épaule disparut presque instantanément et presque en totalité.

 

Mme J., qui fut sauvée du cancer par Hulda Clark, voulut créer une association pour diffuser les enseignements de Hulda Clark, en diffusant aussi ses produits. Elle fut considérée par les autorités françaises comme exerçant illégalement la pharmacie et a faillit être traduite en justice. C’est pourquoi, aujourd’hui, elle tient à se mettre en veilleuse et donc à garder l’anonymat et a d’ailleurs arrêté de vouloir diffuser les produits de Hulda Clark (...).

Les médecins cancérologues qui ont constaté sa guérison n’en reviennent pas. La dernière fois que je l’ai eue au téléphone, elle m’a parlé de personnes qui essayaient de diffuser certains produits naturels pour soigner aussi le cancer. Une patiente cancéreuse, qui avait été guérie du cancer par ces produits, est allée voir ses cancérologues de Marseille, qui n’arrivaient pas à la guérir. Que croyez vous qu’il se soit passé?
Les personnes qui lui avaient fourni les produits, identifiées grâce au témoignage de guérison de la patiente guérie du cancer, ont été mises en prison pour "exercice illégal de la pharmacie".

Cela me rappelle mon histoire, quand j’expliquais aux membres du conseil de l’ordre des dentistes tout ce que j’avais guéri en enlevant des dents dévitalisées. La seule chose qui les intéressa ensuite fut de me faire interdire d’exercer… Ah, qu’est-ce qu’on est naïf, parfois!


Quand l’endoctrinement atteint certains niveaux, les pires choses sont parfois faites avec les meilleures intentions du monde, surtout quand l’ouverture d’esprit de ceux qui exécutent les décisions-clés, tels les juges qui sont au sommet de la hiérarchie décisionnelle, est au ras des pâquerettes (pour approfondir ce sujet, voir texte de ce site sur «le problème des juges»)….

Aujourd’hui, tout le monde est tellement persuadé que les solutions sur les maladies graves et le cancer en particulier ne peuvent venir que de recherches officielles effectuées par des scientifiques institutionnalisés en blouse blanche, que tout se qui sort de ce schéma est considéré comme dangereux et à enfermer.
Le grand problème est que d’une part ces blouses blanches institutionnalisées recherchent généralement surtout quelque chose qui va pouvoir se vendre pour justifier leur salaire de chercheur et d’autre part sont, à l’image de la majorité de la société d’ailleurs, imprégnés de la logique d’une médecine des poisons qui fait la guerre à la maladie.

Une médecine qui ne pense donc pour le cancer qu’à empoisonner les cellules cancéreuses sans s’imaginer une seule
seconde que les cellules cancéreuses ne sont pas obligatoirement la cause du problème dit «cancer» mais un symptôme voire une solution ultime de l’organisme face à une autre cause. L’autre cause étant un empoisonnement cellulaire, d’origine physique, chimique, microbienne ou psychologique d’ailleurs. Un empoisonnement qui intoxique tellement la cellule que celle-ci n’a plus que la solution de passer en mode de fonctionnement cancéreux si elle veut avoir une chance d’accomplir sa mission cellulaire.

Des études allant dans ce sens furent d’ailleurs faites jadis par le Dr Kousmine. Elles montraient que des souris atteintes de cancer digestif supportaient paradoxalement bien mieux certains poisons alimentaires que celles qui n’avaient pas de cancer.

Le cancer semble donc avoir un intérêt, aussi incroyable que cela puisse paraître. Evidemment le mode de fonctionnement cancer étant extrêmement énergétivore finira pas épuiser, donc tuer le patient, s’il dure un peu trop longtemps. Cela fait croire à certains que ce sont les méchantes cellules cancéreuses qui ont tué le patient alors qu’en fait c’est l’empoisonnement cellulaire, vraie cause du cancer, qui l’a tué.


Une vision que les médecines alternatives ont généralement compris depuis un certain temps notamment depuis que l’Allemand, le Dr Hamer l’a réexpliqué, faisant au passage deux ans de prison en France pour ses idées. Il en résulte que la véritable guérison du cancer passe avant tout par le désempoisonnement de l’organisme et non par la destruction des cellules cancéreuses, qui redeviendront normales lorsque les conditions de vie cellulaires redeviendront bonnes.

Évidemment en détruisant les cellules cancéreuses, on sauve aussi des vies, c’est vrai, mais les personnes sont ensuite dans un tel état de délabrement énergétique que le terme de mutilation salvatrice me semble plus approprié que le terme de guérison. Les patients guéris du cancer par les traitements officiels, chimiothérapique, radiologiques et chirurgicaux ne peuvent d’ailleurs généralement plus travailler ensuite et sont alors en général indemnisés par des organismes indemnisant les personnes handicapées.

De plus, les récidives du cancer sont fréquentes quand l’organe cancéreux n’a pas été enlevé, surtout si la cause persiste. Les dents dévitalisées étant une cause essentielle du cancer, il est donc essentiel de penser, bien sûr, à extraire les dents dévitalisées dans tous les cas de cancer.

 

Dr Bruno Darmon

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=109

 

 

0

 

0

Partager cet article

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Témoignages
commenter cet article

commentaires