Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Soins Naturels Alternatifs pour le cancer
  • : Tous les Soins Naturels alternatifs pour le cancer et autres maladies
  • Contact

Recherche

Pages

4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 12:12

Les cancers

 

Dans les pays "modernes":!

- 1 homme sur 2 aura le cancer

- 1 femme sur 3 aura le cancer.

 

La chimiothérapie:

Taux de "succès": 2,2%!

 

Rôle néfaste des vaccinations:

"Les cancers en Afrique étaient apparus cinq ans après
les premières campagnes de vaccination
."

 

- Dr. Albert SCHWEITZER Prix Nobel -

 

Les cancers

 

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 11:39
Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 15:23

Artemisia Annua contre le cancer

 

Cette plante détruirait 98% des cellules cancéreuses en pas plus de 16 heures de temps!

Ce n'est probablement pas bon pour Big Pharma, mais c'est certainement excellent pour les patients!

 

Lire l'article original

(en anglais)

 

L'Artemisa Annua, contre le palu et le cancer

(article de Michel Dogna en français)

 

Se procurer de l'Artémisinine

(Nom courant de l'Artemisia Annua)

 

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 11:17

Cancers - Guérir hors protocoles

Ouvrage de Michel Dogna

 

Librement téléchargeable en cliquant sur le lien ci-dessous

 

Cancers - Guérir hors protocoles

 

Le droit à l'information, c'est en vertu de ce principe que Michel Dogna a publié son e.book et l'a gracieusement rendu disponible à tous.

Sachant qu'une vaste étude, réalisée sur des années, ayant porté sur quelque 50.000 Astraliens et 30.000 Américains, a établi que le taux de survie à 5 ans de la chimiothérapie est 2,2%, quel risque y aurait-il à essayer autre chose?

L'ouvrage de Michel Dogna est publié sous licence "Creative Commons" (CC). Cela veut notamment dire que:

"Ce livre éléctronique est gracieusement mis à disposition publique. Vous pouvez le distribuer sur votre site, à condition de citer la source. Vous ne pouvez pas modifier le contenu. Vous êtes encouragés à le partager avec votre cercle privé."
"«Cancers - Guérir hors protocoles», de Michel Dogna, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 4.0 International."

Il est aussi précisé que:

"Les méthodes et études exposées dans cet ouvrage sont publiées à titre purement informel et ne peuvent être considérées en tant que conseils personnalisés. L’éditeur, journaliste et écrivain en investigations thérapeutiques naturelles, ne pratique à aucun titre la médecine ni aucune profession de praticien de santé. Les lecteurs qui décident de se traiter en référence à l’une ou plusieurs informations de ce livre doivent le faire sous leur entière responsabilité".

 

Extrait de la préface:

"Tout ce que l’on vous raconte habituellement sur le cancer est aussi obscur que les mystères de la religion. Fausse prévention, faux traitements, fausses pistes, fausses recherches qui protègent un gigantesque business de la maladie, sachant que chaque cancéreux "docile" rapporte autour de 150.000 € au système. Remboursés par la sécu, donc par la collectivité des con-tribuables... Pendant ce temps, aucun progrès notoire n’a été enregistré depuis un demi-siècle, et l’hécatombe croît sans cesse en dépit des espoirs que l’on nous fait encore et toujours miroiter à coups de Téléthons.
 
"Pourtant des hommes de génie ont depuis longtemps trouvé et mis en application des moyens non toxiques et non iatrogènes, et surtout bien plus efficaces pour soigner cette dramatique morbidité. Hélas, l’Establishment veille impitoyablement et n’aime pas les dérangeurs; aussi, la plupart ont été barrés, isolés, ridiculisés, licenciés - voire même liquidés...
 
Néanmoins, les moyens alternatifs non agressifs pour sortir du trinôme infernal ABLATION-CHIMIO-RADIO ne manquent pas et l’on en découvre sans cesse des nouveaux. Le problème est que l’information est bloquée par la dictature médico-pharmaceutique. Je rappelle que selon les statistiques de l’OMS, le taux de guérison avec survi e de plus de 5 ans après chimio est de 2,2%,... ce qui veut dire: 97,8% d’échec! Loin de moi l’idée de promettre du 100% de réussite,mais les chiffres des méthodes considérées "médicalement incorrectes" n’ont vraiment rien à voir avec cette médiocrité absolue."
 
DEUX EXPÉRIENCES QUI DONNENT À RÉFLÉCHIR
 
EXPERIENCE N° 1
 
"Bien que je combatte l’expérimentation animale, je fais néanmoins part ici d’une expérience qui a été réalisée par le Dr Gerson sur deux rats pour prouver l’exactitude de sa théorie (c’était il y aplus d’un demi-siècle). Il a relié un rat cancéreux à un autre qui était en bonne santé. Par une ouverture sur le flanc, il a relié des vaisseaux sanguins de ces deux rats et les a recousus.

 

Que s’est-il passé? Non seulement le rat malade n’a pas disséminé son cancer chez l’autre, mais il a été guéri par l’autre! Cela prouve que le rat sain possédait dans son sang des éléments de guérison qui manquaient au rat cancéreux. A MEDITER!

 

Cette expérience n’a pas été reproduite avec des humains, du moins officiellement."
 
 
EXPERIENCE N° 2
 
L’incroyable pouvoir créatif de l’esprit
 
"Le rapport scientifique m’a été raconté par un ami pilote de ligne, et aurait été réalisée aux Etats-Unis en milieu carcéral sur un condamné à mort. On lui a demandé s’il acceptait que l’on remplace l’injection mortelle classique par la morsure d’un serpent qui entraîne la mort instantanée. A tout prendre, mort pour mort, il accepta.
 
On lui montra le serpent puis on lui banda les yeux. Il fut piqué par une seringue sèche.... Et mourut instantanément par arrêt cardiaque!
 
Mais ce n’est pas tout: On analysa aussitôt son sang, et l’on y décela du venin du serpent en question."
 
 
Conclusion
 
"Il est à espérer que cet ouvrage comblera pour quelque temps un vide informel dramatique, en attendant bien sûr encore mieux dans les années à venir, car rien n’est jamais figé dans l’Univers et que tout évolue de plus en plus vite.
 
Mon souhait est que plus jamais je ne reçoive des messages de panique disant:
 
"Je viens d’apprendre que j’ai un cancer, j’ai peur de la chimio, mais je ne sais pas quoi faire"."
 
 

E.Book librement téléchargeable en cliquant sur le lien ci-dessous

Cancers - Guérir hors protocoles

 

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 09:47

 

Un moteur de recherches
spécialement dédié au cancer

 

 

Voilà un outil bien utile qui permet de découvrir (en anglais) des milliers d'approches alternatives relatives au cancer, à toujours examiner, bien sûr, avec le plus grand discernement personnel.

 

Over-Blog ne permettant pas de placer le moteur directement sur une page d'un blog Over-Blog, il n'est pas possible d'intégrer le moteur directement dans cette page. De ce fait, vous pouvez entrer votre question (de préférence en anglais), sous la forme d'une phrase complète, en allant directement sur la page du moteur ci-dessous:


 

Moteur de Recherches Cancer Expert

 

 

  Bonnes découvertes!

 

 

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
14 janvier 2013 1 14 /01 /janvier /2013 23:17

La Cure de tous les cancers avancés

 

Après la parution, dans la francophonie, du livre "La Cure de tous les cancers" en français, le livre du Docteur Hulda Clark "The Cure for all the advanced cancers", depuis sa parution en langue anglaise, n'était disponible qu'en édition originale anglaise.

 

Depuis peu, l'ouvrage  "La Cure de tous les cancers avancés", éditée au Togo par les éditions Cité de Lomé, est maintenant également disponible en français.

 

Certainement, cette édition française était, depuis longtemps, par beaucoup, attendue. En effet, bien que confirmant ce qui était déjà dit dans "La Cure de tous les cancers" Hulda Clark va encore plus loin dans cette nouvelle édition qui permet aussi à ceux qui sont déjà bien avancés dans la maladie de retrouver l'espoir...

 

En effet, en page 4 de couverture, la Doctoresse Hulda Clark déclare:

"Le cancer peut maintenant être guéri. Pas seulement les premiers stades de la maladie mais aussi les cancers avancés, les stades 4 et 5 de la maladie, incluant la mort imminente.

Nous ne sommes pas habitués à penser à une guérison. Nous pensons qu'une rémission est la seule possibilité. Mais ce livre ne parle pas de rémission. Il parle de guérison. C'est possible parce que la véritable cause du cancer a été découverte."

 

L'ouvrage est présenté et commandable sur cette page.

.

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
26 novembre 2012 1 26 /11 /novembre /2012 18:08

 

Guérison ou rémission?

Par la Doctoresse Hulda Clark

 
Une fois que le cancer vous a été diagnostiqué, le premier pas à faire c’est de vous transférer ailleurs. Sans cela, il n’y aura aucune possibilité de le guérir de façon permanente. Un traitement clinique ou alternatif peut, tout d’abord, vous procurer un rapide succès, ainsi que le ferait n’importe quel sparadrap sur une blessure douloureuse, mais pas une guérison permanente, uniquement une rémission.

Naturellement, vous devrez vous installer dans une zone où l’eau qui arrive à votre robinet est correctement désinfectée. À partir du moment où vous vous déplacez vers une telle zone, les masses pré-cancéreuses et les toutes premières tumeurs probablement se résoudront d'elles-mêmes.

Mais lorsque vous vous êtes installé(e) dans une zone sûre, est-ce que vous (qui avez déjà un cancer diagnostiqué) pourrez guérir de façon permanenteCeci dépendra du fait que vous éliminiez de votre corps les 5 toxines particulières qui détruisent votre système immunitaire.

Ingérer des substances qui renforcent la capacité immunitaire, vous aidera très peu et seulement pour très peu de temps: c'est uniquement en éliminant les toxines de votre corps que votre capacité immunitaire sera rétablie.

Par chance vous avez trouvé une façon pour toutes les éliminer du corps en environ 3 semaines. Notre corps est une merveilleuse machine vivanteUne fois que vous l'aurez libéré de ses 5 pires ennemis et que vous le nourrirez avec certains intégrateurs fondamentaux, il vous récompensera avec la guérison.

Les substances «magiques» sont: le germanium organique, le sélénium organique et la vitamine C organique. Ensuite nous parlerons encore de ces produits.

L'on pourrait imaginer que filtrer l’eau, la distiller ou la traiter de façon qu’elle se purifie, ce soit suffisant pour la nettoyer et éliminer ces 5 catégories de toxines. L'on pourrait croire qu'emmener à la maison de l’eau propre à boire et pour cuisiner puisse être suffisant. NON! ÇA NE L’EST PAS! Tous les patients qui ont essayé l'une de ces échappatoires ont eu une récidive du cancer. Au début, leur santé a seulement décliné, mais, plus tard, le cancer s’est à nouveau manifesté.

Sauvegardez votre premier succès (soit que vous l’ayez obtenu en utilisant des moyens naturels ou les moyens cliniques habituels), car vous ne pourrez pas changer la politique du département des eaux ou les habitudes des personnes: donc déménagezLorsque vous aurez trouvé de l’eau bonne dans un autre secteur ou quartier, changer immédiatement de maisonL’eau que vous buvez se substitue à toute l’eau déjà présente dans votre corps en deux jours! C’est un processus beaucoup plus rapide que celui de la nourriture assimilée. Ne tardez pas! Ceci est la partie de la cure la plus significative et la plus rapidement efficace. En 3 semaines vous pourrez être une personne complètement différente.

Quelle garantie avez-vous que dans la zone où vous vous êtes installé(e), l’eau restera bonne? Aucune! Mais, normalement les habitudes de comportement (responsable ou irresponsable) sont fixées et restent consolidées. En 5 ans j’ai vu seulement 3 cas où le département des eaux a changé sa politique de désinfection de l’eau.

Lorsque votre capacité immunitaire s’affaiblit, le nombre et la diversité de parasites augmentent, et en même temps aussi le nombre et la diversité des bactéries et des virus augmentent. Les parasites amènent leurs propres virus, (et certains d’entre eux sont des oncovirus, soit des virus qui causent le cancer), qui, à leur tour, amènent leurs propres bactéries. Les parasites ne sont pas nouvellement-arrivés chez les êtres humains. Nous les avons depuis des milliers d’années. Ils nous ont été transmis par les rats, les poulets, les lapins, les vaches, les chevaux, les chiens et tous les animaux avec qui nous avons vécu pendant toutes ces années. En théorie, nous ne devrions pas attraper les parasites des animaux. Mais en conditions immuno-dépressives nous les attrapons.

La perte de la capacité immunitaire advient par étapes; tout d’abord elle frappe les reins, ensuite l’organe qui a la tumeur. Plus tard, nous verrons pourquoi la tumeur «choisit» de s’installer exactement dans un organe. Sans la capacité immunitaire dans un organe particulier, la «manutention et le nettoyage de la maison» ne se font plus: les métaux et les solvants amenés par l’eau désinfectée avec l’eau de javel toxique ne sont plus éliminés. Ni les azocolorants ni les minuscules éclats de asbeste. Aussi le chlore s’accumule-t-il sous forme d'hypochlorite. Soit les métaux soit le chlore sont des oxydants très forts. Toute la zone s’oxyde excessivement à cause des métaux et du chlore qui y sont accumulés. Pour le corps cette zone devient une décharge, remplie d’envahisseurs vivants. À la fin il ne reste plus rien du sélénium organique, du germanium organique et de la vitamine C réduite que les globules blancs puissent utiliser pour défendre l’organe: toutes ces substances ont été oxydées et maintenant elles sont inutilisables et même toxiques.

Un endommagement immunitaire ultérieur proviendra des PCB et du benzène accumulés à cet endroit. À la fin, pendant que le fer oxydé se forme et s’accumule, la zone toxique vire et se transforme en zone ayant une polarité Sud. Ceci est surtout dû au nickel, l'un des métaux lourds que la personne boit. Le fer oxydé en ferrite (Fe2O3) a une polarisation Sud. C’est le nickel qui peut oxyder le fer présent dans le corps et démarrer ce processus pathologique. Et il se diffusera toujours plus.

Plus tard nous discuterons au sujet de ce que signifie la polarisation magnétique. Pendant ce temps, nous pouvons noter que l’accumulation de toxines et de parasites est toujours plus rapide. Plus les toxines s’accumulent en baissant votre immunité, plus les parasites et les pathogènes (bactéries mauvaises et virus) s'accroissent.

Au fur et à mesure que les envahisseurs augmentent en nombre, l’organe tombe de plus en plus malade, en laissant entrer une quantité majeure de toxines. Les premiers à en souffrir sont les reins. Y aura-t-il une limite? Le corps peut-il se protéger avant d’être complètement envahi et ainsi éviter de se transformer en une décharge d’ordures systématique? Le corps entoure-t-il la tumeur dans un épais enveloppement afin de limiter cette invasion? Pourquoi ne savons-nous pas tout cela?

Avec un système immunitaire paralysé dans la zone de la tumeur, où beaucoup de substances non désirées se sont accumulées, la seule solution pour le corps est de recourir à la détoxication. Pour un organe ou un tissu de petite dimension, cela sera une tâche très difficile à faire. Les grands organes tels que le foie ou les reins ont été spécialement conçus pour ça. Par contre, un organe plus petit se confiera à ses globules blancs (système immunitaire) pour manger la majorité des toxines ou des ennemis qui arrivent. La détoxification ne tue pas les parasites, les bactéries et les virus; elle agit seulement comme action chimique qui détoxique; par contre le système immunitaire pourrait faire les deux choses.

L’accumulation des métaux lourds dans la zone de la tumeur a laissé cette zone dans un état oxydé.

Normalement le métabolisme du corps oscille entre l’état oxydé et l’état réduit. Il le fait continuellement pour produire l’énergie dont il a besoin pour les processus vitaux. Il ne doit jamais se bloquer dans l'un des deux états.

L'une des méthodes que nous utiliserons pour aider le corps à se libérer de sa position bloquée est l’action qui réduit, qui contrebalance l’oxydation excessive.

Mais, arrêtons-nous un instant. Est-ce que la nourriture, la nourriture commune, n’est pas le réducteur fait exprès pour cela? N’est-elle pas faite pour réduire l’état oxydé à un état non oxydé? Pourquoi notre métabolisme n’arrive-t-il donc pas à se débloquer de l’excès d’oxydation du fer de ses conséquences magnétiques? Est-ce qu’il nous manque des facteurs essentiels rendant tout cela possible? Ces facteurs ont-ils été détruits par l’accumulation toxique? Nous ne le savons pas encore.

Pendant ce temps nous utiliserons la vitamine C et les composants soufrés, qui sont les traditionnels intégrateurs qui réduisent. C’est ce qui nous aidera le plus à rendre possible le fait que la réduction du fer soit de nouveau cyclique, comme, en effet, elle devrait l'être. Ceci corrigera la polarité magnétique des endroits tumoraux et des reins. L’alternance cyclique des deux polarités redeviendra ainsi automatique.

 

(Passage de: "The Prevention of all Cancers", pages 17-20; Copyright)

 

Source: Comment le système immunitaire s'affaiblit.

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 21:23

 

Des scientifiques canadiens guérissent le cancer mais - chose étrange - personne n'en prend acte...

 

Extrait de l'article original:

Scientists cure cancer, but no one takes notice


Researchers at the University of Alberta, in Edmonton, Canada have cured cancer last week, yet there is a little ripple in the news or in TV. It is a simple technique using very basic drug. The method employs dichloroacetate, which is currently used to treat metabolic disorders. So, there is no concern of side effects or about their long term effects.

This drug doesn't require a patent, so anyone can employ it widely and cheaply compared to the costly cancer drugs produced by major pharmaceutical companies."

 

Source: http://www.sott.net/articles/show/228583-Scientists-cure-cancer-but-no-one-takes-notice

 

 

Traduction:

 

"Des chercheurs canadiens ont découvert une simple cure pour {guérir} le cancer, mais les plus grandes compagnies pharmaceutiques ne sont pas intéressées.

 

Des chercheurs canadiens de l'Université d'Alberta à Edmonton, Canada, ont guéri un cancer, la semaine dernière; pourtant, il y a à peine un frémissement dans les nouvelles ou à la TV. C'est une simple technique utilisant une drogue très basique. La méthode utilise le dichloroacetate, qui est couramment utilisé pour traiter les désordres métaboliques. Ainsi, il n'y a aucun souci au sujet d'effets secondaires ou concernant des effets à long terme. 

 

Cette drogue n'exige pas de brevet, aussi n'importe qui peut l'appliquer largement et à bon marché comparé aux drogues coûteuses de cancer produites par les principales compagnies pharmaceutiques."

 

Lire à la suite ici: http://www.sott.net/articles/show/228583-Scientists-cure-cancer-but-no-one-takes-notice


Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 21:40
Cancer d’un proche, que faire?

Je reçois souvent des appels téléphoniques, des lettres ou des mails de personnes touchées par le cancer d’un membre de leur famille ou d’un ami proche. Avec beaucoup de sympathie, ces personnes voudraient aider le malade à guérir. Encore faut-il le faire avec respect, en tenant compte des éléments suivants:

1. Avant de bousculer le malade en lui assénant vos idées sur la question, soyez à l’écoute. Demandez-lui comment il voit sa situation, quelles sont ses croyances, ses idées, ses espoirs; ne vous mettez pas en position de vouloir lui imposer vos points de vue!

2. Informez-vous sur le sujet. Lisez des livres-phares pour comprendre ce qu’est le cancer, pourquoi il survient et quel est son message sur le plan physique, émotionnel, mental et spirituel.

Voici quelques titres pouvant vous aider:

Le cancer apprivoisé de Léon Renard: une synthèse des travaux de biologie totale et de la nouvelle médecine du docteur Hamer.

Transformez votre vie de Louise Hay: une américaine se guérit et comprend l’influence des pensées sur notre corps.

L’amour, la médecine et les miracles du docteur Bernie Siegel. Quand un chirurgien découvre les «patients exceptionnels», ceux qui guérissent!

Guérir envers et contre tout du docteur Simonton. Les prodiges de la visualisation pour se guérir.

Tout peut être guéri de Martin Brofman. Se guérir en changeant ses croyances et en travaillant sur sa conscience.

Artisans de leur guérison du docteur Christian Tal Schaller. 17 récits extraordinaires de personnes ayant suivi l’approche holistique.

Anticancer du docteur David Servan-Schreiber. L’auteur du bestseller Guérir décrit comment il s’est guéri lui-même d’un cancer.

Prévenir et vaincre le cancer du docteur Jean-Pierre Willem. Par le fondateur de «Médecins aux pieds nus», un pionnier de l’ethnomédecine.

Guérir définitivement du cancer par le docteur Henri Joyeux. Un professeur de médecine s’ouvre à une vision globale du cancer.

- Retrouver ses ailes: Guérir et s’épanouir par la biologie totale de Johann Warren. Comment les conflits psychiques se transforment en maladies.

- Racines familiales de la "mal a dit" par Gérard Athias. Les racines de nos maladies explorées en profondeur.

-Décodage biologique des maladies par Christian Flèche. Les ressources de la «biologie totale».

Le cancer par le docteur André Gernez. Un médecin français précurseur comprend les lois biologiques de la formation des cancers.

Le rapport Campbell par le professeur Colin Campbell. La plus vaste étude jamais réalisée sur les rapports entre l’alimentation et les maladies.

- Prenez votre santé en mains par Michel Dogna. Un grand naturopathe montre les chemins de la guérison.

Vivre le cancer du sein autrement par le docteur Thierry Janssen. Un message d’espoir, par un médecin belge auteur de nombreux bestsellers.

Cette liste n’est, bien sûr, pas exhaustive!

Mais une fois que vous aurez intégré quelques notions de base sur le sujet, allez vers votre ami ou votre parent et parlez-lui délicatement de vos recherches. «J’ai lu que… qu’en penses-tu?» Soyez très attentif à ne pas jouer les missionnaires en défendant avec ferveur et passion votre opinion personnelle mais sentez comment il réagit aux idées que vous proposez si elles diffèrent du schéma classique: «Je n’y peux rien, je suis une victime malchanceuse. Je ne suis pas responsable de cette « tuile qui me tombe par hasard sur la tête ». Je ne veux qu’une chose, qu’on détruise cette tumeur au plus vite pour que je puisse reprendre ma vie habituelle».

Voyez comment ce malade réagit au discours «La maladie est une occasion d’apprendre à me guérir et à gérer ma santé». Si vous sentez qu’il est ouvert aux approches non conventionnelles, orientez-le vers des lectures, des centres ou des thérapeutes holistiques. Si vous voyez qu’il est réfractaire à toute idée de démarche personnelle, ne forcez pas sa porte, respectez ses choix. Tout au plus, glissez-lui un livre qui vous a touché, sans dire «C’est un livre formidable, tu dois absolument le lire!» mais en disant «J’aimerais bien savoir ce que tu en penses…» et s’il n’en reparle plus n’insistez pas, même si cela vous demande un gros effort. Ne détruisez pas une relation d’amitié parce que vous voulez montrer vos brillantes connaissances sur la question et obliger votre proche à se guérir malgré lui!

3. N’hésitez pas à oser parler de la mort en lui demandant ce qu’elle signifie pour lui et comment il l’envisage. Si vous sentez qu’il est réceptif parlez-lui des quatre corps de l’être humain et du fait que seul le corps physique meurt. De cette façon vous l’aiderez à se délivrer de la peur de mourir et à ouvrir un dialogue en profondeur sur le sens de la vie sur terre et dans l’au-delà.

4. Si vous avez des émotions face à sa situation, ne les déversez pas sur lui mais sortez un moment afin de vous secouer, de vous étirer, de lâcher vos émotions par des gestes et des sons. Laissez partir votre peur, votre colère, votre révolte, votre tristesse puis reliez-vous à l’Amour, à la Vie, à Dieu et laissez couler à travers vous ces forces lumineuses.

5. Laissez-vous guider par votre intuition pour trouver mes mots justes, les mots du cœur. Parlez «d’âme à âme» en imaginant votre corps de lumière connecté à celui de l’autre afin d’être inspiré pour dire au malade ce qui va l’aider à avancer sur son chemin de conscience.

6. Remerciez l’univers de vous donner cette occasion d’apprendre à aider votre proche d’une manière qui soit attentive à ses besoins profonds, dans l’amitié, le respect et le soutien.


Source: 
http://www.santeglobale.info/tal/Cancer-d-un-proche-que-faire.html

.

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 11:21

 

«Savants maudits, chercheurs exclus»

- Extrait d'un livre de Pierre Lance -

 

Volume 2, Gaston Naëssens

- Extrait -


«Gaston Naessens est né en 1924 dans une famille bourgeoise du Nord de la France. Alors qu’il étudie la physique, la chimie et la biologie à l’Université de Lille, éclate la seconde Guerre Mondiale. Gaston Naessens est évacué vers le Sud de la France. En juin 1945, il est diplômé de l’Union Scientifique. C’est une structure créée pendant la guerre par des professeurs de Lille réfugiés à Nice. A la fin des années quarante, il applique son esprit inventif à trouver le moyen d’agir directement sur les cellules cancéreuses. En fait, il cherche à influer sur les processus permettant la prolifération des tumeurs. En 1949, Gaston Naessens parvient à mettre au point un médicament dont l’objectif est d’enrayer l’aspect «fermentation» des tumeurs cancéreuses. Ce produit transformait la lécithine des tissus en lysocithine. Fabriqué par un laboratoire suisse, ce médicament fut vendu par les pharmaciens, en France et en Suisse, de 1950 à 1960.

Mais Naessens, dont rien n’arrête la créativité, a mis au point un nouveau microscope grâce auquel il établit lui-même des diagnostics de cancer. Après quoi il prescrit son produit alors appelé le GN-24, lequel se révèle extrêmement efficace sur les sarcomes, des cancers qui se déclarent dans les tissus conjonctifs. C’en est trop pour les autorités médicales, qui considèrent le cancer comme leur «chasse gardée». (Gaston Naessens est diplômé de biologie, non de médecine, NDLR). Elles passent à l’attaque du trop talentueux franc-tireur.

Menacé des foudres de la justice pour exercice illégal de la médecine, Naessens suspend ses traitements aux malades. Ceux-ci l’attaquent à leur tour pour non-assistance à personne en danger. Gaston Naessens est pris entre le marteau et l’enclume. Il tombe deux fois sous le coup de la loi: une première fois parce qu’il soignait des malades sans avoir le diplôme de docteur en médecine, délit prévu par l’article 372 du Code de la Santé; une seconde fois parce qu’il a refusé de soigner ces mêmes malades qui sont en danger de mort, délit poursuivi par l’article 63 du Code pénal…

En juin 1956, perquisition chez Naessens et saisie des ampoules de son remède. Mais l’Inspecteur de la Santé publique lui en laisse une quantité suffisante pour ses patients en cours de traitement. Le 15 mars 1957, seconde perquisition et, le 28 mars, on pose les scellés sur son matériel et sur la porte de son laboratoire. Il ne peut plus soigner ses malades. Tout cela parce qu’une de ses patientes, qu’il avait soignée en 1953, avait eu la malencontreuse idée d’aller voir un médecin et de lui parler de Naessens. Ce dernier raconte:

«Entre-tempsle médecin qui m’avait dénoncé avait continué à bourrer de morphine la malade qui avait eu le tort de ne pas s’en tenir au verdict fatal qu’il avait émis, et d’essayer de guérir hors des règles officielles. La malheureuse a eu ainsi 4308 ampoules de morphine. (…) Elle a tenu un an et dou ze jours avant de succomber à cette intoxication massive. Pourtant, ce n’est pas son médecin qui a été poursuivi et que l’on a empêché d’exercer; c’est moi...»

Naessens habite alors à Chelles (Seine-et-Marne), où les malades abandonnés viennent le supplier de les traiter. Il est contraint de les renvoyer. Ceux-ci alertent le ministre de la Justice. Quinze jours plus tard, n’ayant pas de réponse, ils organisent une manifestation et distribuent des tracts ainsi libellés:

«Vous qui êtes abandonnés par ceux qui ont le monopole de la médecine officielle, vous qu’un juge d’instruction sans pitié empêche de recevoir des soins indispensables, venez manifester votre volonté de vivre, le mardi 16 avril 1957, devant le ministère de la Justice, 13, place Vendôme».

Au jour dit, la police disperse les manifestants … (…)

Au début des années cinquante, Gaston Naessens était déjà persuadé de l’existence de micro-organismes qu’il ne pouvait pas apercevoir au moyen des microscopes classiques. Soucieux de confirmer son intuition, il se lance lui-même dans la mise au point d’un microscope très spécial, avec le concours d’artisans opticiens de Leitz, en Allemagne. Par la suite, il perfectionnera encore l’appareil grâce à des procédés électro-magnétiques. Cette performance fera l’étonnement des professionnels de l’optique et témoigne à elle seule du génie de ce chercheur polyvalent. (…)

En 1952, son microscope inégalable lui a donc permis d’observer des corpuscules différents des virus et des bactéries, que personne n’avait pu voir avant lui. Il leur donne le nom de somatides. (…) [NDLR: Il semble que ces somatides soit la même chose que les microzymas d'Arthur Béchamp, aussi appelés par d'autres auteurs "symbiotes", "symbiontes", "nanobes", etc.]

Poursuivant méthodiquement ses recherches, il multiplie les expériences et il s’aperçoit, en 1959, qu’en injectant à des chevaux des cultures de somatides de cancéreux, il suscite chez les animaux une forte réaction immunitaire. Et il obtient chez des souris un effet anti-cancéreux en leur injectant une gamma-globuline qu’il extrait du sang des chevaux traités. Il vient de découvrir l'"Anablast", qui va le rendre célèbre dans le monde entier.

Naessens obtient, en 1961, un brevet pour l’Anablast, et dépose à l’Académie des sciences de Paris, le 3 juillet 1963, une publication scientifique portant le numéro 14405. De nombreux médecins français, consciencieux et honnêtes, se désespérant de ne pouvoir guérir certains cas de cancer, se décident à prescrire l’Anablast à quelques-uns de leurs patients. Ils obtiennent, le plus souvent, d’excellents résultats et l’intérêt pour le produit de Naessens se développe rapidement, jusqu’au jour où un journal britannique, en janvier 1964, annonce qu’un chercheur français a mis au point un traitement anti-cancéreux qui fait merveille. La nouvelle, aussitôt reprise par de nombreux médias, fait le tour du monde en quelques jours. Gaston Naessens est à l’époque installé en Corse, et l’île voit débarquer quelque dix mille personnes impatientes de recevoir le médicament-miracle. Alors commence vraiment «l’affaire Naessens»...

Affolé, le gouvernement français expédie en Corse 350 gendarmes pour «rétablir l’ordre» [!!!]. Les autorités contraignent Naessens à déclarer publiquement qu’il ne lui est plus possible de fabriquer l’Anablast. Le chercheur ne résiste pas à l’injonction (…) et rentre aussitôt à Paris, en espérant que ce tintamarre va obliger les officiels de la médecine à reconnaître la valeur de l’Anablast, car son médicament et lui-même font alors les gros titres de toute la presse.

C’est le professeur Denoix, directeur de l’Institut de cancérologie Gustave Roussy de Paris, qui examine des échantillons de l’Anablast. Quelques jours après les avoir reçus, il déclare que le produit n’a aucune valeur. Et il ajoute que les somatides de Naessens ne sont que des «figures myéliniques» connues, des artéfacts de coloration des frottis sanguins. Naessens est sidéré. Il affirme qu’il est impossible de démontrer quoi que ce soit sur la valeur de l’Anablast en un si court laps de temps et en conclut, que le Professeur Denoix, grand patron de la cancérologie, a émis son opinion sans procéder à la moindre étude scientifique sérieuse. Mais le procureur de la République décide que Gaston Naessens sera traduit en justice au motif de pratique illégale de la médecine. L’instruction va durer trois mois, durant lesquels, on s’efforce de rassembler les preuves de la «culpabilité» de Naessens.

Or, en 1964, un citoyen canadien du nom de René Guynemer, dont le fils est gravement malade, écrit à Naessens pour lui demander de venir soigner son enfant. Et il arrange une rencontre entre Naessens et l’Ambassadeur du Canada à Paris. Guynemer et l’ambassadeur Jules Léger exhortent Naessens à quitter la France et à venir s’installer au Canada, où, lui assurent-ils, il pourra continuer ses recherches sans être inquiété. (…)

Cependant son entrée au Canada ne se fait pas dans la discrétion souhaitée, bien au contraire. Le tapage médiatique est énorme et tout le monde attend la guérison du petit Guynemer. Malheureusement, l’enfant, atteint de leucémie, décède en juillet 1964, alors que Naessens se montrait très confiant dans sa guérison. Que s’est-il donc passé?

L’enfant était hospitalisé à l’Hôpital Ste Justine. En juin 1964, le chercheur prépare son Anablast sous la surveillance du Dr Armand Frappier. Naessens confectionne 88 ampoules du médicament. Il en remet 50 pour analyse au Dr Frappier et 38 autres au Dr Royer, directeur de Ste Justine, lesquelles sont destinées au traitement du jeune patient.

Les journaux annoncent que le petit Guynemer reçoit la première injection le 17 juin. Mais, parallèlement, le collège des médecins déclare que l’Anablast n’a aucune valeur, tout en assurant que l’inoculation du produit sera poursuivie «pour des raisons humanitaires». (…). Le 4 juillet, le petit Guynemer décède. L’opinion publique, tenue en haleine par la presse, attend des explications qui tardent à venir. Et pourquoi n’a-t-on pas autorisé Naessens à être présent lors des injections? Mais, quelque temps plus tard, les 38 ampoules qui auraient dû servir à traiter l’enfant sont rendues à Naessens!!!  (…).

Gaston Naessens affirme avoir identifié une substance émise par les tumeurs, substance qu’il nomme le «facteur co-cancérigène K». Il s’agirait d’une enzyme ayant pour fonction de paralyser les cellules T4, qui sont les «patronnes» de notre système immunitaire. Cette mise hors jeu des T4 étant obtenue, les tumeurs peuvent facilement tirer du corps tout l’azote qui leur est nécessaire sans être combattues par les globules blancs et les lymphocytes.

Les cellules cancéreuses ayant en outre une forte attirance pour le camphre, Naessens utilise celui-ci comme porteur de l’azote destiné aux cellules cancéreuses. Dès lors, étant gavées d’azote par le 714-X, elles n’émettent plus le facteur cancérigène K qui paralysait le système immunitaire. Celui-ci redevient aussitôt opérationnel et l’effet obtenu serait très rapide et spectaculaire.

Ce résultat a été notamment confirmé par un médecin belge, le Dr Florianne Piers, qui a pu témoigner de l’action thérapeutique majeure du médicament, puisque le 714-X a été bénéfique aux sept patients qu’elle soigne ainsi depuis six mois et qui ont tous retiré des effets salutaires des produits, sans le moindre effet secondaire.

Selon Gaston Naessens, grâce à son médicament, le pourcentage de rémissions des cancers en phase terminale est de 25 %. Il passe à 50 % pour les cancers avancés, et atteindrait 100 % pour les cancers primaires, qui n’ont pas encore fait de métastases. L'on comprend qu’un vent de panique saisisse les industriels de la cancérologie traditionnelle à la seule idée que de telles statistiques puissent se vérifier. Leurs florissantes entreprises sombreraient dans un maelström boursier si jamais le médicament Naessens était agréé. Sans parler des carrières de «grands professeurs» qui passeraient tout d’un coup à la trappe.

Mais Gaston Naessens, probablement traumatisé par les avanies qu’on lui a fait subir, devient méfiant et se défie désormais des propositions les mieux intentionnées:

Le 29 juillet 1987, le docteur Francesco Bellini, qui préside et dirige le célèbre Institut de recherche de IAF-Biochem, vient à Rock-Forest pour rencontre Gaston Naessens et visiter son laboratoire.

L’avocat de l’Institut, Maître Lawrence Wilson, l’accompagne et les deux hommes sont si intéressés par les travaux et les résultats de Naessens que celui-ci reçoit, le 13 octobre suivant, un projet de contrat lui offrant de céder à IAF-Biochem l’exclusivité de la commercialisation du produit pendant dix années, dès que le 714-X sera clairement identifié. Mais Naessens prend peur. Ne risque-t-il pas d’être écarté des recherches et de n’avoir plus son mot à dire? Finalement, il refuse le contrat. (…)

Le docteur Ralph W Moss, expert en cancérologie, et conseiller en approches non conventionnelles contre le cancer auprès de plusieurs organismes, notamment les National Institute of Health des Etats-Unis, a rendu visite à Gaston Naessens dans son laboratoire en 1994 et il a étudié ses travaux pendant plus de trois mois. Il sortit si impressionné de ce studieux séjour qu’il n’hésita pas à déclarer:

«La portée que pourrait avoir l’orthobiologie somatidienne sur la médecine est presque inimaginable; c’est réellement une science qui pourrait bouleverser nos paradigmes actuels. Si les théories de Naessens s’avèrent fondées, les biologistes, ne vont pas devoir réécrire leurs manuels, ils devront les jeter à la poubelle». (…)

En 1999, une collaboratrice de Gaston Naessens, le docteur Diane Van Alstyne, a soumis, sous couvert d’anonymat, le 714-X à un essai avec placebo au Dana Faber Cancer Research Institute de Boston. Les résultats indiquaient très clairement que le 714-X contribue au processus d’élimination des cellules cancéreuses et qu’il accentue la réponse immunitaire. Mais ces résultats étonnants mirent évidemment la puce à l’oreille des expérimentateurs qui cherchèrent à s’informer sur l’origine de ce produit révolutionnaire. Et lorsqu’ils s’aperçurent qu’il s’agissait du 714-X, l’Institut refusa de remettre les résultats à Gaston Naessens. (…)

Naessens fut contraint de poursuivre l’Institut pour pouvoir enfin obtenir les résultats des tests. Au reste Naessens ne se faisait pas trop de soucis pour l’avenir de son médicament, car tout un réseau de thérapeutes alternatifs s’était peu à peu constitué et diffusait tranquillement le 714-X par le bouche à oreille (…). C’est ainsi, qu’au Québec seulement, près de 2000 personnes atteintes de maladies dégénératives, notamment cancer et sida, auraient bénéficié clandestinement de ce traitement, qu’il est possible de se procurer depuis 1977.

Le traitement de base fonctionne par cycles de 21 jours, et coûte 100 $. Une utilisation de six à huit cycles est recommandée, ou bien l’on arrête dès que les examens montrent que la maladie a disparu. Le traitement terminé, il est conseillé de prendre le 714-X deux fois par an, à titre préventif ou d’entretien.

Le médicament est normalement administré par une injection dans la région des ganglions lymphatiques de l’aine. Elle peut être administrée par un professionnel de santé ou par la personne elle-même. Il existe des documents et des vidéos qui expliquent la procédure à suivre. Il est possible, dans certains cas particuliers, de se servir d’un nébuliseur pour inhaler le produit.

Les témoignages de personnes qui disent avoir été guéries par lui du cancer ou du sida abondent. Le 714-X contribuerait à améliorer la santé des personnes de tous âges atteintes de maladies comme le cancer, la fibromyalgie, la sclérose en plaques, le syndrome de la fatigue chronique, le lupus, l’arthrite, le rhumatisme inflammatoire, le sida.

Il serait également efficace contre les complications postvaccinales, les infections virales ainsi que pour favoriser les convalescences post-chirurgicales. L'on recommande également de prendre le 714-X avant de subir une chirurgie ou une chimiothérapie pour préparer l’organisme à une bonne défense immunitaire.

Gaston Naessens déclare que huit thérapeutes au Québec fournissent le 714-X à leurs patients. Quant à lui, depuis les accusations de 1984, il se limite à déterminer la gravité de l’état des patients par l’observation microscopique de leur sang. Mais les intéressés sont contraints pour cela de se rendre chez Naessens, car il déclare qu’il est impossible d’obtenir un diagnostic fiable plus de 20 minutes après la prise de sang.

Cependant le 714-X franchit allègrement les frontières canadiennes et il est utilisé en France, en Autriche, en Russie, au Japon, en Belgique, en Suisse et, bien sûr, aux Etats-Unis. Dans ce dernier pays, l'on assure même qu’une association de sidéens de la région de Los Angeles l’expérimente sur une grande échelle. On cite le cas de Bernard Baril: atteint au palais par un sarcome de Kaposi, il le vit disparaître en quelques semaines, après avoir bénéficié du traitement de Naessens. Touché par le sida, il a vu son état s’améliorer spectaculairement grâce au 714-X. (…)

Deux chercheurs canadiens, les docteurs John Bienenstock et Daniel Perey, professeurs à l’Université de MacMaster, qui ont travaillé plusieurs mois auprès de Gaston Naessens, écrivaient:

«Nous avons vérifié dans nos laboratoires, avec une assistance scientifique raisonnable, les prétentions de M. Naessens selon lesquelles l'on peut isoler dans le sang de sujets en santé, humains ou animaux, des micro-organismes qui peuvent croître par la suite dans un milieu artificiel. Ces micro-organismes possèdent des propriétés très inhabituelles, comme la résistance à l’ébullition et à la lumière ultra-violette. Ces trois procédés sont utilisés couramment en recherche et dans l’industrie pour stériliser les fluides, cependant en dépit de ces traitements, mes micro-organismes que nous pouvons maintenant isoler continuent de croître et prennent plusieurs formes au cours d’un cycle en plusieurs phases. Autant que nous puissions en être sûrs, ces micro-organismes ne sont pas le résultat de contamination».

En 1989, après un procès gagné par Gaston Naessens, un groupe de patients a exigé de Santé Canada qu’il permette la distribution du produit, bien que celui-ci n’ait toujours pas reçu l’agrément des autorités canadiennes. Depuis 1990, Santé Canada, dans le cadre de son programme d’accès spécial, autorise les médecins à prescrire le 714-X à des patients atteints d’une affection grave ou potentiellement mortelle, si les traitements classiques se sont avérés inefficaces. C’est ainsi qu’entre 1990 et 2002, 1632 médecins ont reçu 18 224 autorisations de prescription au profit de 3739 patients.

L'on n’imagine pas que cela puisse se passer en France et il faut saluer la relative liberté médicale du Canada. S’il est vrai que l’on rencontre dans tous les pays la dictature larvée des mandarins de la médecine, force est de constater qu’elle n’est nulle part plus puissante ni plus intolérante qu’au pays des droits de l’homme. En matière de liberté thérapeutique, l'on est en droit de dire que la France, c’est l’enfer, l’Amérique du Nord, le purgatoire.

Un bactériologiste américain du nom de Walter Clifford ayant travaillé durant plusieurs années pour l’armée des Etats-Unis résumait ainsi la situation: 

«Si vous ne vous en tenez pas à la ligne officielle, les bonzes de la médecine ne veulent même plus savoir ce que vous avez découvert, peu importe ce que c’est». 

 Lorsqu’un chercheur indépendant fait une découverte, les officiels s’empressent de la discréditer tout en refusant de l’expérimenter. Un journaliste qui demandait au docteur Augustin Roy si le corps médical avait évalué le médicament de Naessens s’entendit répondre:

«Ce n’est pas notre travail». [!]

Quant au Dr Richard Morisette, microbiologiste de l’Hôtel-Dieu de Montréal, qui faisait son internat à l’hôpital Ste Justine en juillet 1964 durant l’agonie du petit Guynemer, il eut une réponse plus sidérante encore. A Christian Lamontagne, qui lui demandait s’il serait prêt à faire les tests qu’il prétendait réclamer, le Dr Morisette déclara superbement qu’il avait «d’autres choses plus importantes à faire que de s’occuper de Monsieur Naessens». Or, personne ne lui demandait de s’occuper de Naessens, mais de se soucier de ses malades. Toutefois, cette idée ne semblait pas l’avoir effleuré.

Je voudrais ici attirer l’attention sur un effet particulièrement pervers de cet ostracisme dont sont victimes les scientifiques indépendants. Aujourd’hui,  le public cultivé sait à quoi s’en tenir et fait de moins en moins confiance au corps médical. Parallèlement, il s’intéresse à toutes les médecines alternatives que les officiels méprisent ou condamnent et prête volontiers l’oreille à toutes les rumeurs de succès thérapeutiques non conventionnels qui se colportent. Aussi est-il aisé à un charlatan de profiter de ce préjugé favorable pour avantager leurs affaires. Et à force de jeter l’opprobre sans discernement sur tous ceux qui affirment pouvoir guérir, ce sont les mandarins qui se rendent eux-mêmes complices des charlatans et qui encouragent leur prolifération.

Gaston Naessens aimait son pays et c’est en France qu’il eût souhaité être reconnu. Mais, après avoir été condamné à verser 300 000 francs d’amende et 600 000 francs de dommages et intérêts  à l’ordre des médecins (il s’agit de francs des années cinquante), par un tribunal prétendant rendre des services "au nom du peuple français", lequel n’en pouvait mais, ce grand chercheur dut se résoudre à se tourner vers d’autres cieux.

Aujourd’hui, c’est au Québec, terre française malgré tout, que Gaston Naessens poursuit son œuvre passionnante. Souhaitons-lui longue vie et bonne justice.»

 

Source (adresse de l'éditeur permettant de se procurer le livre au complet)http://www.editions-tredaniel.com/savants-maudits-chercheurs-exclus-p-868.html.

Lire le début du livrehttp://www.editions-tredaniel.com/product_view_first_pages.php?products_id=868&current_page=1.


Nota Bene: Les 48 histoires de "savants maudits - chercheurs exlus" dans les 4 volumes parus à ce jour (la toute première est celle du biologiste Paul Kammerer et la toute dernière est celle de Hulda Clark, autre grande chercheuse indépendante en cancérologie) racontées par Pierre Lance sont toutes de très grand intérêt et cela vaut vraiment le coup d'avoir toute la "tétralogie" chez soi!


Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article