Présentation

  • : Soins Naturels Alternatifs pour le cancer
  • : Tous les Soins Naturels alternatifs pour le cancer et autres maladies
  • Contact

Recherche

Pages

8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 10:06


Soigner le cancer avec du bicarbonate du soude!!!

Le Dr. Simoncini l'affirme:

"J’ai enregistré d’excellents résultats en administrant du bicarbonate de soude
et en le mettant en contact direct avec le
champignon."

Thérapie contre le cancer du Dr Simoncini
Traiter le cancer au bicarbonate de sodium

Dans une interview le Dr Simoncini explique la thérapie en répondant à des questions
et en montrant plusieurs cas traités.

Le cancer est un champignon

Le livre “Le Cancer est un champignon” décrit comment une infection fongique
forme toujours la base de chaque formation néoplasique,
formation qui essaye ensuite de se propager dans tout l’organisme sans s’arrêter.

Voir la vidéo explicative sur:

http://www.cancerfungus.com/simoncini-cancer-champignon.php
0
0

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Thérapies
commenter cet article
25 décembre 2009 5 25 /12 /décembre /2009 21:09


Un nettoyage colonique mieux
qu'au Karcher...!
0



A l'eau Kangen!
0
Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Thérapies
commenter cet article
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 00:55

 

Il est maintenant possible de GUÉRIR
le cancer,

et pas seulement de le traiter.

 

Nous n’avons pas l’habitude d’envisager la guérison du cancer. La rémission nous paraît représenter la seule issue possible. Mais ce livre ne parle pas de rémission. Il présente une façon de guérir le cancer. Cela est possible parce qu’en 1990 j’ai découvert la véritable cause du cancer.


Le cancer est dû à un certain parasite, dont j’ai trouvé la trace chez tous les cancéreux, quel que soit leur type de cancer. Le cancer du poumon n’est donc pas imputable au tabac; le cancer du côlon n’est pas dû à une alimentation trop pauvre en aliments de lest; le cancer du sein ne provient pas d’une alimentation trop grasse,  le blastome rétinien n’est pas causé par un gène rare, et la consommation d’alcool n’est pas responsable du cancer du pancréas. Même si tous constituent des facteurs qui favorisent la maladie, ils n’en sont pas LA cause.


Une fois découverte la cause du cancer, le traitement devenait évident. Mais serait-il efficace? Je me fixai alors un objectif: Guérir 100 cas de cancer avant de publier le fruit de mes découvertes. Ce nombre fut dépassé en décembre 1992. La découverte de la cause et de la guérison de tous les cancers a supporté l’épreuve du temps et je vous en fais part; la voici!


Doctoresse Hulda Clark

Prologue du livre

La Cure de tous les cancers

 

 

 

0
0
Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 20:50
Les effets de la chimiothérapie
0
La chimiothérapie nous vient de la recherche sur les armes chimiques de la Seconde Guerre mondiale, et a fait son apparition dans les années cinquante.

Il fut découvert ensuite que le gaz moutarde et autres produits chimiques dangereux du même genre freinaient la croissance des tumeurs.

Cette découverte arrivait à point à un moment où la recherche piétinait dans ce domaine (ça n’a pas changé depuis). Le problème, évidemment, est que ces produits tuent autant de cellules saines que de cellules cancéreuses et, en particulier, les cellules à reproduction rapide, c’est-à-dire le sang. C’est ainsi que ce traitement est capable de mettre dans un état pitoyable n’importe quelle personne en pleine santé.

Le fait d’utiliser des poisons dangereux et mortels en médecine n’est pas nouveau. Dans son ouvrage Cancer: médecine traditionnelle et médecine alternative, Jane Heimlich rappelle que, tout au long du XIXe siècle, l'on a prescrit une potion de mercure appelée Calomel, et ceci pour soigner à peu près toutes les maladies. Ce traitement administré au long cours était souvent fatal. L'on recommandait 5 à 10 grains à prendre la nuit. Ceci représentait 320 à 640 mg de chlorate de mercure. Des études menées en 1984 précisèrent que 500 mg de ce sel pouvait entraîner la mort. Donc, pendant près d’un siècle, les médecins ont allègrement «exécuté» leurs malades par empoisonnement, sans trop se poser de questions.

Les choses n’ont guère changé depuis, la chimiothérapie et autres drogues homologuées ayant pris le relais.

Un ami médecin est entré un jour dans une salle hospitalière (c’est une façon de parler !) où dix-huit personnes alitées se faisaient perfuser un cocktail chimio. Il fut violemment pris à la gorge et resta aphone pendant presque deux jours. Il y a de quoi s’inquiéter pour le personnel soignant.

Une personne m’a raconté après avoir reçu une chimiothérapie, que l’infirmière lui avait dit pendant le branchement: «Il ne faut pas qu’une seule goutte du produit sorte de la seringue, car ses vapeurs attaquent les bronches et cela laisserait une marque indélébile sur votre peau». Lorsque l’on pense que c’est cela qui est diffusé dans les veines, ça fait froid dans le dos!

Plus "cocasse" encore, un scoop relevé dans le Figaro il y a une dizaine d’années m’a été rapporté: trois morts dans une salle d’opération parmi le personnel médical suite à l’ouverture de l’abdomen d’une patiente. Elle venait de recevoir une chimio, et des gaz très toxiques ont été libérés.

Enfin, j’ai pu avoir connaissance de la facture d’une seule séance de chimio «douce»: 2600 €uros. Mais selon le cocktail, la facture peut atteindre dans certains cas, paraît-il, plus de 6000 €uros.

Qui paie? La Sécurité Sociale bien sûr; mais la Sécu, c’est le contribuable, donc nous. Multiplié par 20 séances et par 60000 cancéreux chimiqués par an (en voie de progression constante), cela donne sur une base moyenne de 4500 €uros, le chiffre de 90.000 €uros que rapporte chaque cancéreux, et cela pour un jackpot annuel de 5,4 milliards d’€uros.

Par ailleurs, sachant que le coût de fabrication de ce type de produits initialement à vocation militaire doit être dérisoire, l'on imagine les profits colossaux générés dans la chaîne de distribution et l’on comprend que personne n’a intérêt à ce que le cancer soit éradiqué. Alors, malheur aux Géo-trouv’tout!


Dernière minute: J’ai rencontré un haut responsable de grands laboratoires pharmaceutiques dont l’épouse a été guérie «illégalement» d’un cancer de la langue, et qui m’a avoué que, depuis plus de 30 ans, ils avaient des «recommandations» pour n’orienter aucune recherche en ce qui concerne le cancer!!!

Ceci n’est pas une surprise mais seulement une confirmation de nos certitudes.

Extrait du livre «Prenez en main votre santé – Tome 2» - Michel Dogna – Guy Trédaniel Editeur
0
0
Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Effets néfastes
commenter cet article
9 octobre 2009 5 09 /10 /octobre /2009 12:15

 

Et la Vitamine C?


Oui, mais en intra-veineuse!

 

 

"La satisfaction de sa propre curiosité
est l'un des plus grands bonheurs de la vie!"


- Linus Pauling -


 


Linus Pauling


Le professeur Linus Pauling - Prix Nobel pour cela - a, en son temps obtenu d’excellents résultats, sur des personnes atteintes de cancer avancé, avec de fortes doses de vitamine C (souvent en injectable).


Mais, sans que l'on sache trop pourquoi, de nombreuses voix se sont élevées contre ce procédé et ce traitement pourtant simple et peu onéreux a été mis de côté …, sans qu’aucune étude sérieuse n’ait été réalisée.


Et cela jusqu’à ces dernières années, où des chercheurs français viennent récemment de démontrer que l’acide ascorbique (vitamine C) inhibe les gènes nécessaires à la multiplication cellulaire des cellules normales et des cellules tumorales.


Et in vitro, si l'on augmente les doses de vitamine C, les cellules meurent.


Mais ce qui est particulièrement remarquable c’est que «les cellules cancéreuses semblent avoir une appétence particulière pour la vitamine C, qui provoque leur destruction».


«Les meilleurs résultats ont été obtenus chez les souris, qui avaient reçu les plus fortes doses d’acide ascorbique», précise le professeur Fontès, dont les travaux ont été publiés dans la revue PLoS One.


«Un traitement par des doses élevées d’acide ascorbique entraîne une réduction de la progression tumorale, comme en témoigne une diminution du poids de la tumeur», observent les chercheurs dans le Quotidien du médecin.


Au sujet de la divergence de résultat des études réalisées sur la vitamine C, ils expliquent que «les études positives ont été menées avec des injections intraveineuses de vitamine C, tandis que les études négatives ont impliqué des administrations orales».


Ce constat expliquerait, à lui tout seul, le «mystère» de l’action de la vitamine C dans le cancer.

 

 

Bien sûr, dans l'absolu, la Vitamine C naturelle (par exemple, sous forme d'acérola) est préférable. Reste à savoir ce qu'il est possible de faire sous forme d'injections. La vitamine C tamponnée ("buffered", c'est-à-dire alcalinisée) est aussi une ressource intéressante pour ceux qui souffrent d'acidose...


 

Lien: http://principes-de-sante.com/article/recherche/cancer-et-vitamine-c.html


Sur les bienfaits de la Vitamine C voir aussi:

http://artdevivresain.over-blog.com/article-la-vitamine-c-cette-inconnue--41192767.html


Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Thérapies
commenter cet article
7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 16:02

Le cancer est vaincu,

mais il n'y en a pas beaucoup qui le savent!



Le cancer tue un Français toutes les quatre minutes. Pour empêcher cela existe une solution simple, naturelle, peu coûteuse, sans effets secondaires nocifs, et - chose incroyable - découverte depuis, maintenant, ... bientôt quarante ans!

Question: Que fait le gouvernement? Que font les pouvoirs publics pour, d'urgence, faire connaître et surtout mettre en application cette excellente nouvelle au plus grand bénéfice du peuple?

Réponse: Rien!!!


1962: Le cancer est vaincu!

La théorie est simple. La mitose (reproduction) d’une cellule cancéreuse procède de la même manière que pour les cellules souches (non différenciées), à savoir qu’une cellule reproductrice va se diviser en deux cellules reproductrices contrairement aux cellules normales qui se scindent en une cellule reproductrice et une cellule opérationnelle non reproductrice.


La prolifération cellulaire cancéreuse est donc exponentielle (pour 1 cellule au temps 0, nous aurons 16 cellules à 1 an, 103 cellules à 3 ans, 106 cellules à 6 ans, etc).


A partir de ce constat, le Dr André Gernez met au point un traitement préventif simple (colchicine et hydrate de chloral) sur 10 jours, qui, suivi chaque année, évitera tout développement de la maladie chez les sujets à risque.


Le 13 décembre 1974, une réunion a lieu chez le professeur Ripoche au 46 rue de Spontini entre le professeur Pierre Boulenger, Directeur Général de la Santé, et M. Poniatowski, Ministre de la Santé.


Il est alors décidé par le ministre de ne pas rendre publics les travaux de Monsieur le Docteur André Gernez. En effet, cette découverte, si elle était appliquée, aurait brutalement augmenté de 7% la moyenne de la durée de vie, de sorte que les Français vivraient entre cinq et dix ans de plus. Raison invoquée  les structures sociales soudainement inadaptées ne permettraient pas cette avancée ...


Pourtant, le 17 Juin 1979 à Salzburg, les découvertes d’André Gernez sont consacrées par le milieu scientifique officiel. Il reçoit, à l’unanimité d’un jury composé de 40 prix Nobel, le prix Hans Adalbert Schweigart de la protection de la vie pour la découverte du double cycle cellulaire qui permet la prévention du cancer et sa guérison par la méthode dite "systématique post-opératoire synchronisée". Il reçoit son prix des mains du prix Nobel Linus Pauling.


Voici ce que, en 2003, déclare André Gernez, un mois avant le lancement de la campagne anti-cancer de Jacques Chirac:


"Le projet présidentiel inauguré en mars va orienter la cancérologie pour des décennies et chacun est concerné par ses résultats. S’il fonde son action sur les principes annoncés, qui ont démontré leur inefficacité, la guerre déclarée est inutile. Elle sera même dangereuse et retardatrice car, en figeant dans l’impasse les carrières que vont induire les nouvelles structures, elle en garantira l’immobilisme en même temps que l’échec.


Il existe une autre donne, prête à une application immédiate. Elle porte sur la morbidité et sur la mortalité du cancer.


En ce qui concerne la morbidité, elle consiste à intervenir annuellement, à partir de l’âge de risque, sur le segment initial de la végétation cancéreuse. Il ne comporte alors que quelques cellules fragiles, non fixées, vulnérables et dont l’élimination ne requiert qu’une brève chiquenaude thérapeutique. Cette prévention active, biologiquement anodine et sociologiquement légère, a fait la preuve dans tous les contrôles, sans aucune exception, de son efficacité. La protection qu’elle induit est constante et proportionnelle à la modalité fragmentaire ou totale de la procédure adoptée.


Ce nettoyage annuel des embryons de cancer récemment apparus et qui ne comportent qu’une dizaine de cellules est bien entendu plus facile que l’intervention entreprise quand le cancer en contient un milliard et devient décelable.


En bref, il est plus facile, plus simple et plus sûr d’écraser un gland qu’un chêne.


En ce qui concerne la mortalité, la chimio-hyperthermie, qui introduit une nouvelle donne dans l’arsenal thérapeutique, vient de faire la démonstration éclatante de son efficacité aux stades avancés. Le chirurgien en appréciera la virtuosité de la modalité opératoire; le biologiste conviendra qu’on peut la conforter ou opter pour la modalité réitérable et ambulatoire.


La prospection de cette nouvelle donne offrirait au projet présidentiel une opportunité d’action biologiquement cohérente avec certitude de résultats dans une guerre qui peut être éclair."


Mais, financièrement, cette éradication du cancer est-elle plus acceptable aujourd’hui qu’en 1974?


Bibliographie - Sources et informations complémentaires Union Biologique Internationale - Février 2003.

 

Voir aussi: http://u.b.i.free.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=1&Itemid=1

 


Protocole Docteur André Gernez

 


Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Thérapies
commenter cet article
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 17:04

Rencontre avec Hulda Clark


September 6, 2009 on 4:45 pm

 


Rencontre avec Hulda Clark au Printemps 2007

 


Dr Hulda Clark
Hulda Clark est une naturopathe canadienne, ex-enseignante de biologie en Université, très âgée aujourd’hui (80 ans en 2009) et très connue outre-Atlantique.

(NDLR: La Doctoresse Hulda Clark est décédée le 3 Septembre 2009.)

Elle est l'auteur de plusieurs best-sellers, aux États-Unis notamment, sur une vision de la médecine très naturopathique et plus précisément orientée sur l’élimination des polluants en tous genres et la destruction des micro-organismes toxiques et des parasites.


Évidemment, elle dérange les médecins et les dentistes, car elle est aussi contre les traitements médicaux officiels, qu’elle accuse d’empoisonner les organismes, tout en proposant d’autres traitements naturels.

 

Elle a dû se réfugier au Mexique pour ne pas aller en prison pour exercice illégal de la médecine et là elle a ouvert un centre où elle reçoit des patients du monde entier en travaillant en étroite collaboration avec un dentiste, le Dr Solorio. Elle fait systématiquement enlever toutes les dents dévitalisées de ses patients.

 

 

Elle guérit toutes sortes de maladies graves dont des cancers. Mais que Hulda Clark guérisse des cancers d’une façon différente de la façon académique, alors que le cancer est un fléau mondial des pays civilisés n’intéresse, semble-t-il, pas la médecine moderne, plutôt friande de nouveaux poisons pour tuer les cellules cancéreuses.

 


Pour éliminer les parasites et autres micro-organismes toxiques, elle utilise notamment un appareil qu’elle a mis au point, le Zappeur. C’est un petit appareil électronique qui envoie dans le corps des hyperfréquences qui font exploser les micro-organismes et parasites en tous genres. C’est en quelque sorte un antibiotique antiparasitaire électronique.


Au printemps 2007 j’ai eu la chance de participer à un séminaire de plusieurs jours sur les enseignements de Hulda Clark, qui est venue exceptionnellement en France.

C’est une patiente, Mme J., qu’elle avait guéri d’un cancer qui a organisé ce séminaire. Mme J., dont je respecte l’anonymat à sa demande, avait un cancer très grave et était soignée à Marseille par le centre anti-cancer. Ses médecins l’avaient condamnée à mourir à brève échéance, ne pouvant plus rien faire pour elle, même si elle était sur une liste d’attente de greffe de moelle osseuse.

Madame J., comprenant donc que la médecine classique ne pouvait plus rien faire pour elle, va voir du côté des thérapies alternatives sur Internet et elle tombe sur l’information Hulda Clark et son centre de santé au Mexique. Elle se rend au Mexique avec son médecin, qui est aussi un ami et qui est curieux de l’approche alternative du cancer que propose Hulda Clark. Aujourd’hui, environ plus de deux ans après, Madame J. est considérée guérie et elle se porte bien.

Les dernières analyses faites par l’institut de cancérologie révèle qu’elle n’a plus de cancer et n’a plus besoin non plus de greffe de moelle osseuse. Après enquête et divers témoignages, il semble que Mme J. ne soit pas un cas exceptionnel mais que nombre de patients gravement malades, notamment des cancéreux, aient été guéris par Mme Hulda Clark.


Que s’est-il donc passé au Mexique?


Diverses choses, en résumé, des plantes furent données, notamment la triade désinfectante, clous de girofle, absinthe et brou de noix et des huiles essentielles comme l’origan, très désinfectant. Elle eut aussi une cure de nettoyage des reins et du foie.

Il lui fut prescrit aussi des séances de Zapper. Et il y eut, bien sûr, aussi, un passage chez le dentiste, qui enleva notamment toutes les dents dévitalisées. Des infos qui se trouvent sur le site de Hulda Clark.

 

Toutefois, lors du séminaire, j’apprends diverses choses intéressantes, qui ne se trouvent pas sur son site et dont je vais vous faire part.

Tout d’abord sur l’utilisation du Zapper. J’apprends que son utilisation est réservée aux patients qui ne sont pas trop gravement épuisés. Le Zapper n’est utilisé que lorsque les patients ont repris une certaine vitalité, car, paradoxalement, le Zapper peut tuer les patients trop faibles. L’explication est qu’en explosant germes et parasites, ces derniers libèrent leurs contenus toxiques dans le sang. Un empoisonnement du sang, qui peut alors se révéler fatal au patient.

L’utilisation du Zapper n’intervient donc que bien après l’élimination des dents dévitalisées, qui, elles-mêmes, interviennent juste après la prise des plantes médicinales. Encore une fois, je m’aperçois qu’il vaut mieux faire confiance à la science de la nature qu’à une machine qui veut tuer des cellules, fussent-elles des germes ou des parasites, car les plantes sont toujours bien moins dangereuses. Je me demande même jusqu’où ces germes et parasites n’auraient pas un effet désintoxiquant en se nourrissant des poisons chimiques qu’ils trouvent dans le milieu cellulaire. Une question qu’il serait fort intéressant d’approfondir.

Évidemment, parfois, il vaut mieux détruire les envahisseurs quand ils prennent trop d’importance, d’où l’intérêt des antibiotiques dans les infections, si on n’a rien de mieux. Mais ces démarches ont toujours des effets secondaires, qui peuvent se révéler fatals, lorsque l’énergie du patient est très basse, il faut en avoir conscience. Il est donc parfois essentiel de remonter un peu l’énergie du patient totalement épuisé avant d’effectuer ce genre de traitement
.

Les anesthésiques sont aussi des produits qui empoisonnent l’organisme et les anesthésies dentaires ne font pas exception. Remonter l’énergie du patient avant les anesthésies dentaires n’est donc pas une mauvaise idée lorsque les patients sont très épuisés. C’est ce que fait Hulda Clark avec les plantes et les huiles essentielles, s’étant rendu compte que l’utilisation du Zapper ne pouvait le réaliser. En acupuncture on le fait avec des cautérisations aussi appelées moxas.


Hulda Clark insiste aussi sur le fait de faire boire une eau pure aux patients, notamment une eau ne comportant pas d’agents chlorés ni blanchissants, classiquement utilisés dans le traitement de l’eau. Ces produits toxiques mis dans l’eau courante constituent la première cause de cancer, selon elle. Elle commercialise d’ailleurs certains filtres à eau qui permettent d’éliminer ces produits toxiques.

Plus généralement, elle conseille de fuir toute chimie, notamment celle des dentifrices et autres cosmétiques. L’alimentation est aussi évidemment une préoccupation importante de Hulda Clark, qui insiste pour fuir tout ce qui peut contenir des toxines, notamment celles issue de moisissures ou micro-moisissures. Tous les produits préparés sous emballages plastiques étant souvent porteurs de moisissures. Idem pour les fruits et légumes abîmés. Ses enseignements rejoignent ici ceux de mon Maitre d’Ayurvéda, Brihaspati.


Hulda Clark a développé toute une série d’appareillages électroniques de santé notamment un synchrometer. C’est un appareil dont je n’ai pas vraiment compris le fonctionnement à vrai dire et qui demande une certaine dextérité aussi. Une dextérité que les élèves du stage ont été loin d’avoir tous acquis, même après un stage. Seule Hulda Clark me semble vraiment maîtriser l’utilisation de son appareil. Ce synchrometer permet notamment de tester si un échantillon de sang ou de salive ou d’un quelconque produit contient une substance ou un germe toxique quelconque.

D’autre part, cet appareil permet aussi de tester les substances médicaments pouvant inactiver les diverses substances et germes toxiques. Plusieurs jours furent consacrés à l’apprentissage de l’appareil, mais, à vrai dire, cela ne m’intéressa pas vraiment, dans la mesure où je possède déjà un outil de test qui est le RAC et de multiples outils thérapeutiques, qui me paraissent suffisants.

Parmi les poisons classiquement détectés dans les organismes par Hulda Clark, se trouve le Polonium, un élément radio-actif. Cet élément provient d’une pollution généralisée selon elle mais aussi des céramiques dentaires qui contiennent de la radioactivité. Cet élément s’infiltre dans les os des mâchoires et reste présent même après l’élimination des dents dévitalisées. Ce Polonium est pour elle un poison qu’aucun médicament ne peut inactiver.


Alors qu’elle nous faisait une démonstration de l’utilisation de cet appareil, le synchrometer, je lui demandais de tester le produit, que je m’étais injecté jadis dans mes os des mâchoires où j’avais eu des dents dévitalisées, ce qui avait fini de me guérir mes maux de dos. A sa grande surprise selon elle et son appareil, ce produit arrivait à inactiver le Polonium radioactif.


A la suite de ce séminaire où étaient présents divers thérapeutes, je fus contacté par deux d’entre eux. L’un, Eric Tournier, thérapeute à Cassis, pour sa maman qui avait de graves problèmes cardiaques. Elle avait notamment été hospitalisée en urgence pour une angine de poitrine. Nous lui fîmes enlever les dents dévitalisées, ce qui la sorti de son état qu’on peut qualifier d’urgence, ce qu’aucun autres de ses divers traitements de médecine naturelle n’arrivait à faire.

L’autre thérapeute, Eric Gerber, ostéopathe, homéopathe notamment, à Marignagne, me contacta après avoir fait enlever ses dents dévitalisées (il en avait cinq)
par un ami dentiste, qui accepta exceptionnellement pour lui de le faire. Cet autre thérapeute désirait expérimenter les injections dont j’avais parlé lors du séminaire. Il lui fut fait cinq séries de trois injections à chaque fois. Il me témoigna que ces injections lui firent autant de bien que l’élimination de ses dents dévitalisées, qui, elle-même, fut le traitement qui lui fit le plus de bien de tous ceux qu’il avait faits dans le passé. Intéressant, non…?


Lors du séminaire, je fus invité à passer une soirée en compagnie d’Hulda Clark, de son dentiste et de sa femme elle aussi dentiste d’ailleurs. Hulda Clark a bien compris que si elle peut se passer de médecin pour soigner ses patients cancéreux, elle ne peut se passer de dentiste.

Son dentiste m’expliqua que, pour ses soins, il se conformait scrupuleusement aux directives de Hulda Clark et pour le choix des matériaux et pour celui des interventions chirurgicales. Nous en vînmes à parler d’énergétique dentaire, ce qui me semblait lui être totalement inconnu.

Sa femme me parla d’une douleur à son épaule, sur laquelle divers thérapeutes du continent américain dont son mari étaient intervenus depuis des années, en vain. Je me proposais alors d’essayer à mon tour de la soigner et je diagnostiquais tout d’abord une cicatrice sur une dent de sagesse supérieure.
Je pris alors un petit bout de bois dans le jardin dans lequel nous étions, je l’enflammais avec un briquet et avec le bout rougeoyant, je brûlais sa gencive au niveau de la dent de sagesse. La douleur de l’épaule disparut presque instantanément et presque en totalité.

 

Mme J., qui fut sauvée du cancer par Hulda Clark, voulut créer une association pour diffuser les enseignements de Hulda Clark, en diffusant aussi ses produits. Elle fut considérée par les autorités françaises comme exerçant illégalement la pharmacie et a faillit être traduite en justice. C’est pourquoi, aujourd’hui, elle tient à se mettre en veilleuse et donc à garder l’anonymat et a d’ailleurs arrêté de vouloir diffuser les produits de Hulda Clark (...).

Les médecins cancérologues qui ont constaté sa guérison n’en reviennent pas. La dernière fois que je l’ai eue au téléphone, elle m’a parlé de personnes qui essayaient de diffuser certains produits naturels pour soigner aussi le cancer. Une patiente cancéreuse, qui avait été guérie du cancer par ces produits, est allée voir ses cancérologues de Marseille, qui n’arrivaient pas à la guérir. Que croyez vous qu’il se soit passé?
Les personnes qui lui avaient fourni les produits, identifiées grâce au témoignage de guérison de la patiente guérie du cancer, ont été mises en prison pour "exercice illégal de la pharmacie".

Cela me rappelle mon histoire, quand j’expliquais aux membres du conseil de l’ordre des dentistes tout ce que j’avais guéri en enlevant des dents dévitalisées. La seule chose qui les intéressa ensuite fut de me faire interdire d’exercer… Ah, qu’est-ce qu’on est naïf, parfois!


Quand l’endoctrinement atteint certains niveaux, les pires choses sont parfois faites avec les meilleures intentions du monde, surtout quand l’ouverture d’esprit de ceux qui exécutent les décisions-clés, tels les juges qui sont au sommet de la hiérarchie décisionnelle, est au ras des pâquerettes (pour approfondir ce sujet, voir texte de ce site sur «le problème des juges»)….

Aujourd’hui, tout le monde est tellement persuadé que les solutions sur les maladies graves et le cancer en particulier ne peuvent venir que de recherches officielles effectuées par des scientifiques institutionnalisés en blouse blanche, que tout se qui sort de ce schéma est considéré comme dangereux et à enfermer.
Le grand problème est que d’une part ces blouses blanches institutionnalisées recherchent généralement surtout quelque chose qui va pouvoir se vendre pour justifier leur salaire de chercheur et d’autre part sont, à l’image de la majorité de la société d’ailleurs, imprégnés de la logique d’une médecine des poisons qui fait la guerre à la maladie.

Une médecine qui ne pense donc pour le cancer qu’à empoisonner les cellules cancéreuses sans s’imaginer une seule
seconde que les cellules cancéreuses ne sont pas obligatoirement la cause du problème dit «cancer» mais un symptôme voire une solution ultime de l’organisme face à une autre cause. L’autre cause étant un empoisonnement cellulaire, d’origine physique, chimique, microbienne ou psychologique d’ailleurs. Un empoisonnement qui intoxique tellement la cellule que celle-ci n’a plus que la solution de passer en mode de fonctionnement cancéreux si elle veut avoir une chance d’accomplir sa mission cellulaire.

Des études allant dans ce sens furent d’ailleurs faites jadis par le Dr Kousmine. Elles montraient que des souris atteintes de cancer digestif supportaient paradoxalement bien mieux certains poisons alimentaires que celles qui n’avaient pas de cancer.

Le cancer semble donc avoir un intérêt, aussi incroyable que cela puisse paraître. Evidemment le mode de fonctionnement cancer étant extrêmement énergétivore finira pas épuiser, donc tuer le patient, s’il dure un peu trop longtemps. Cela fait croire à certains que ce sont les méchantes cellules cancéreuses qui ont tué le patient alors qu’en fait c’est l’empoisonnement cellulaire, vraie cause du cancer, qui l’a tué.


Une vision que les médecines alternatives ont généralement compris depuis un certain temps notamment depuis que l’Allemand, le Dr Hamer l’a réexpliqué, faisant au passage deux ans de prison en France pour ses idées. Il en résulte que la véritable guérison du cancer passe avant tout par le désempoisonnement de l’organisme et non par la destruction des cellules cancéreuses, qui redeviendront normales lorsque les conditions de vie cellulaires redeviendront bonnes.

Évidemment en détruisant les cellules cancéreuses, on sauve aussi des vies, c’est vrai, mais les personnes sont ensuite dans un tel état de délabrement énergétique que le terme de mutilation salvatrice me semble plus approprié que le terme de guérison. Les patients guéris du cancer par les traitements officiels, chimiothérapique, radiologiques et chirurgicaux ne peuvent d’ailleurs généralement plus travailler ensuite et sont alors en général indemnisés par des organismes indemnisant les personnes handicapées.

De plus, les récidives du cancer sont fréquentes quand l’organe cancéreux n’a pas été enlevé, surtout si la cause persiste. Les dents dévitalisées étant une cause essentielle du cancer, il est donc essentiel de penser, bien sûr, à extraire les dents dévitalisées dans tous les cas de cancer.

 

Dr Bruno Darmon

Source: http://dent.devitalisee.free.fr/?p=109

 

 

0

 

0
Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Témoignages
commenter cet article
2 septembre 2009 3 02 /09 /septembre /2009 10:03

De la valeur des témoignages de guérison

Surtout lorsque l'on est en quête de solutions rapides, concernant les méthodes naturelles alternatives de soins et surtout de guérisons, ce qui intéresse les personnes - en particulier celles qui ont elles-mêmes besoin de se soigner! - c'est de savoir si "ça marche"!

Pour cela deux approches: les études scientifiques et les témoignages des utilisateurs. Bien sûr, les études scientifiques ont leur importance, surtout pour le mental, mais le témoignage d'un malade voué à la mort sous quelques mois par la médecine conventionnelle et qui affirme s'être lui-même guéri en utilisant un protocole naturel déterminé a, pour l'intériorité, une force probante encore plus grande...

Concernant les Protocoles de Soins de la Doctoresse Clark, encore relativement peu connus en France, il en existe beaucoup en langue anglaise, mais encore peu en français.

C'est pourquoi la mise à disposition d'un dossier de 50 témoignages, principalement axés sur de spectaculaires guérisons de toutes sortes de cancer, peut s'avérer être un atout précieux pour les francophones.

Il est déjà possible, avec une participation modique, de télécharger le dossier de témoignages en question en cliquant ICI. Il semble qu'une version papier soit aussi en préparation...

Le témoignage ci-dessous, à titre d'exemple, empreint d'une grande reconnaissance (ce qui est le cas de beaucoup!), est extrait de cet interpellant dossier...


Dossier numéro 1032


CANCER LYMPHATIQUE


Merci pour ce livre merveilleux [«La Cure de tous les cancers»]. Ma mère s’est guérie parce qu’elle l’a lu et qu’elle a choisi de son plein gré de prendre les clous de girofle et tout le reste.

En Août 2000, l'on a diagnostiqué que ma mère était atteinte d’un cancer lymphome et, le jour où elle a commencé les clous de girofle, le 24 octobre 2000, elle était rendue au stade IV de son cancer et n’avait plus que six mois à vivre.

Merci à vous et merci à Dieu de vous avoir donné ces connaissances et la possibilité d’écrire ce livre magnifique. Nous vous remercions infiniment du fond du coeur.

Doctoresse Clark, que Dieu vous bénisse et vous protège! Vous êtes vraiment une femme merveilleuse et, grâce à ce livre, Dieu vous a conduite auprès de bien des gens.

Le 15 décembre 2000, ma mère est allée à Gainesville passer trois scanners et, au vu des résultats, les médecins sont tout interdits. Ils lui font passer de nouveaux scanners parce que le cancer a disparu. Il n’est tout simplement plus là. J’ai tellement prié dans ce sens.

Merci pour tout, Doctoresse Clark, et je prie Dieu de ne jamais vous abandonner dans vos entreprises.

Nous vous aimons,

«MLB»
Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Témoignages
commenter cet article
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 20:03

 

Avez-vous essayé l'Aloès arborescent?

 

Lire:  Du Cancer on peut guérir!

 

Père Romano Rago.

ADLE éditioni Padova.

Distributeur du livre: 02 47 94 95 02.

(Le père Romano parle même de guérison en phase terminale.) 

  

Témoignage

L'Aloès arborescent possède des qualités thérapeutiques certaines, reconnues depuis l'Antiquité sur les cinq continents.

 

A Madagascar son utilisation est très répandue, de même qu'à la Réunion.  

 

En septembre, un ami arrive à la Réunion. Il est hospitalisé au CHR: un cancer est diagnostiqué et s'ensuivent tous les examens et traitements, chimiothérapie, rayons...
 
Il repart sur Madagascar pour régler ses affaires, car son cas est désespéré.

Là-bas, il se traite suivant la recette du Père Zago.

 

"En 1994, le Père Zago déclara, dans le Journal de Terre Sainte à Bethléem, qu'il avait traité plusieurs personnes atteintes du cancer alors que le corps médical ne pouvait plus rien faire. Sa recette est simple et vous est livrée ci-après:

 

- Deux branches d'Aloès (4-5 ans de maturité) coupées en morceaux  une tasse de miel non pasteurisé (pas chauffé à plus de 100° Fahrenheit.) deux cuillères de whisky,  de vodka ou de gin Brassez dans un mélangeur. Prenez 2 cuillers à thé matin et soir, ou selon recommandation."

 

De retour à la Réunion, trois mois après, il est en examen au CHR. Les médecins n'en croient pas leur yeux. Tous les examens sont négatifs.

 

Depuis, il est rentré à Madagascar où il mène une vie normale.

 

Ce cas de guérison dont je peux témoigner, ne me laisse pas indifférent. C'est pour cette raison que j'ai voulu exposer ces quelques lignes. C'est aussi pour donner une éventuelle chance de guérison à ceux qui s'y intéresseront.

 

Se procurer de l'aloé arborescent

 

 

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Recettes Anti-cancer
commenter cet article
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 19:33

Liste de cliniques pratiquant
des traitements alternatifs
pour le cancer

Partout:


http://www.cancure.org/directory.htm

Aux Etats-Unis:

http://www.cancure.org/directory_clinics.htm

Au Mexique:

http://www.cancure.org/directory_mexican_clinics.htm

En dehors des Etats-Unis:

Repost 0
Published by Soins Alternatifs pour le cancer - dans Ressources
commenter cet article